Une crise dans l’Eglise catholique

Notre Eglise catholique vit actuellement une crise, et ce n’est pas la première. Dans l’histoire, l’Eglise a vécu des moments très difficiles mais chaque fois, elle a pu se relever, animée par la foi et l’espérance.

            Des crimes commis par des prêtres ont été révélés.

            Des responsables de l’Eglise n’ont pas su assez vite en mesurer la gravité, et n’ont pas toujours pris les décisions justes. Il est même arrivé que certains cherchent à protéger les coupables ou à dissimuler les faits.

            Beaucoup de catholiques sont choqués et blessés à la fois par la gravité de ces crimes commis par des hommes en qui ils mettaient leur confiance, et par les mesures inappropriées et parfois dangereuses prises par la hiérarchie quand elle était avertie de ces crimes.

            Paroissiens de Montrouge, nous partageons ce malaise.

            Certes, l’Eglise n’est pas la seule institution touchée par des affaires de pédophilie et d’agressions sexuelles. Mais notre Eglise aurait dû être exemplaire.

            Certes, certains médias sautent sur l’occasion nouvelle qui leur est offerte de discréditer et réduire à néant l’Eglise catholique. Mais notre Eglise aurait dû être exemplaire.

            Quant à nous, si nousn’avons pas commis ces crimes, si nous n’en avons pas été complices et n’avons pas participé à quelque dissimulation que ce soit, nous n’avons pas à nous sentir personnellement coupables. Tout au plus, avons-nous pu parfois manquer de vigilance.

            Aujourd’hui, nous avons une double responsabilité à assumer, solidairement dans l’Eglise et avec les évêques qui s’y sont maintenant résolument engagés : avant tout, quand cela se présente, accueillir, écouter, soutenir et accompagner les victimes de ces crimes. Et aussi tout faire pour que cela ne se reproduise plus, ni dans l’Eglise ni ailleurs.

            Commençons chez nous, dans notre paroisse, nos mouvements et associations, en veillant à ce que le respect de toute personne humaine soit toujours notre premier souci, et en nous efforçant d’éviter concrètement dans nos activités toute situation qui rendrait possibles des attitudes inappropriées ou déplacées envers quelque personne que ce soit, et en particulier les enfants.

            Non seulement il s’agit de garder ou retrouver une confiance mutuelle, mais il s’agit aussi de témoigner de notre foi : « Alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux ». (Mt 5, 16)

le 27 novembre 2018

Père Marc Vacher
Père Jacques Anelli
et l’équipe d’animation pastorale de Montrouge.

et l’équipe d’animation pastorale de Montrouge.