Prière du jour – samedi 7 novembre 2020

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 16, 9-15)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Moi, je vous le dis :
Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose
est digne de confiance aussi dans une grande.
Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande.
Si vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre.
Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

Quand ils entendaient tout cela, les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision.
Il leur dit alors :
« Vous, vous êtes de ceux qui se font passer pour justes aux yeux des gens, mais Dieu connaît vos cœurs ;
en effet, ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu. »

Loin de justifier une utilisation malhonnête de l’argent du moment que l’on se fasse des mis, Jésus, dans cette page d’Évangile, construit une opposition sur trois points :

  • L’injuste et le fidèle
  • Dieu de Jésus Christ et le dieu argent
  • Le bien d’autrui et mon bien

Jésus nous invite à choisir. Il convoque à la responsabilité et la cohérence dans l’attitude adoptée. Dans nos sociétés, nous ne pouvons avoir de relations et vivre sans argent. Et c’est pourquoi sa gestion fait l’objet de l’éducation : comment en avoir, comment gérer, comment respecter l’argent des autres, etc.

L’argent n’est pas sale en lui-même, c’est l’homme ou la femme qui le rend propre ou non. Nous sommes souvent témoins des scandales financiers dans le monde, et parfois même dans l’Église, par les disciples du Christ. Pourquoi sommes-nous choqués ? Sans doute parce que nous y percevons une incohérence : « ils ont choisi le Christ et ils détournent l’argent ; ils ont choisi Dieu et utilise le dieu argent. » Et Jésus nous dit : « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

Choisir de mettre ses pas dans ceux de Dieu renvoie à une responsabilité : lui être fidèle. C’est la relation à Dieu qui est questionnée ici. Choisir Dieu est un chemin étroit qui nous renvoi à notre relation à lui, à notre liberté et à notre responsabilité. Est-ce que nous nous montrons dignes de confiance par rapport aux responsabilités que nous avons reçues, dans notre famille, notre travail, nos engagements ? Jusqu’où permettons-nous à Jésus de nous faire confiance ?

Prions

Dieu créateur et maître de toutes choses, regarde-nous, et pour que nous ressentions l’effet de ton amour, accorde-nous de te servir avec un cœur sans partage. Amen.

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *