Prière du jour – mercredi 11 novembre

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 17, 11-19)

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre.
Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent :
« Jésus, maître, prends pitié de nous. »
à cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. »
En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce.
Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant :
« Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ?
Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Selon la Loi de Moïse, lorsqu’une personne est guérie de la lèpre, elle doit faire constater cette guérison par un prêtre, qui la réintégrera dans la vie sociale. Quand Jésus dit aux lépreux d’aller se montrer aux prêtres, il annonce donc déjà leur purification, et les invite à respecter les règles à la fois religieuses et sociétales.

Et c’est ce qu’ils font, à l’exception de ce Samaritain, « cet étranger » dit Jésus, qui néglige l’application stricte des règles religieuses pour venir d’abord rendre gloire à Dieu. Et c’est lui qui finalement n’est pas seulement guéri, mais aussi sauvé par sa foi !

Peut-on mieux dire – et de manière plus provocante – que tout en reconnaissant et respectant la loi et les règles légitimes qu’elle édicte, la vraie foi nous entraîne parfois plus loin, ici vers la louange et l’action de grâce.

Une heureuse rencontre fait que dans une autre rubrique de notre site paroissial nous lisons en ce moment le commentaire que le Pape François propose, dans l’encyclique Fratelli Tutti, de la parabole du bon Samaritain. Le parallèle est saisissant : au nom, entre autres, des règles de pureté que leur impose la Loi, un prêtre et un lévite laisse un homme gravement blessé sur le bord de la route, tandis qu’un Samaritain s’arrête et prend soin de lui. Ici, ce n’est pas la louange de Dieu, mais le service du frère qui motive cet acte spontané et salutaire (rappelons qu’au départ du récit du bon Samaritain, il y a la question d’un légiste : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? », Lc 10, 25). Louer Dieu, servir l’homme, l’Evangile ne cesse de nous rappeler que l’un ne va pas sans l’autre !

Et ce sont des samaritains, des étrangers, des hérétiques qui trouvent ce double chemin vers Dieu plus sûrement que les bons croyants !

Le pape François écrit : « Le paradoxe, c’est que parfois ceux qui affirment ne pas croire peuvent accomplir la volonté de Dieu mieux que les croyants. » (Fratelli Tutti n°74).

Prions

Prière (de la messe pour la paix et la justice, en ce 11 novembre)

Toi qui aimes tous les hommes, Seigneur,
et qui les as créés pour qu’ils soient heureux,
Apprends-leur à vivre ensemble dans la paix
et à se traiter vraiment comme des frères.

Déposez votre intention de prière en commentaire

2 Comment(s)
  • Micaela Posted 11 novembre 2020 14 h 26 min

    Les lépreux vont à la rencontre de Jésus pour faire appel à lui . Mais ils s’arrêtent à distance pour ne pas le contaminer : geste barrière ! Distanciation sociale !
    La rencontre avec Jésus semble ne rien donner, et c’est en cours de route qu’ils sont purifiés. Cela signifie que nous devons nous mettre en route, faire une démarche, nous bouger. Pas se contenter d’attendre.Et s’il se passe quelque chose, en cours de route, ne pas trouver ça tout naturel

    Vais-je prendre le temps de m’arrêter pour revenir sur mes pas : regarder ce qui m’a été donné et revenir vers celui qui m’a relevé pour le remercier ?
    Jésus, tu me dis aujourd’hui : relève-toi et va, ta foi t’a sauvé. Toujours cet appel à vivre debout, et à aller de l’avant, sur la route avec toi. Aide moi à écouter cet appel, à savoir revenir sur mes pas pour relire ma vie et t’y découvrir

  • HIRIART Inès et Jean François Posted 12 novembre 2020 1 h 04 min

    Le Pape François s’appuie sur Saint François d’Assise pour promouvoir la paix. Le Vatican a été le premier État à signer le traité d’interdiction des armes nucléaires.
    Seigneur, en ce jour du 11 novembre, nous te prions pour la Paix et le désarmement dans le monde.

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *