Prière du jour – mardi 24 novembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (21, 5-11)

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »

« Tout sera détruit »

Jésus invite ses disciples, nous aussi, à une attitude profondément re-vivifiante mais, extrêmement couteuse pour nous, déstabilisante même. Il s’agit de passer par une épreuve où ce qui a été édifié, s’effondre. Une expérience à vrai dire bien commune, que vit notamment chaque personne qui vieillit : le monde qu’il a connu s’estompe, il ne reconnaît plus rien, tout a été détruit, déconstruit, repris autrement. Perte et nouveauté vont de pair. Cette annonce de la part de Jésus est un appel, les disciples tentent de se l’approprier.

Cette Parole peut résonner en nous aujourd’hui, alors que nous vivons une situation difficile avec la covid : nous avions l’habitude de nous retrouver pour des réunions, des temps de prière, de louange, et le dimanche, pour la célébration de la messe. Nous avions des moments de convivialité, en famille, entre amis, en Église. Aujourd’hui, nos visages sont masqués et il n’est plus possible d’offrir un sourire à l’autre. Nous sommes comme perdus. Jésus nous dit : « Ne vous effrayez pas ».

Cette situation nous appelle non pas à nous perdre, non pas à nous effrayer mais à laisser surgir le meilleur de nous-mêmes librement, ce qui nous constitue en vérité : notre capacité à témoigner au-delà de tout en la Bonté de Dieu qui aime tous les hommes, à signifier au monde la pertinence de ce qui se construit vraiment : solidarité, fraternité, paix. Ainsi, il nous est donné de pouvoir mettre nos pas dans les pas du Seigneur Jésus, donner à ce corps véritable d’être, le corps de la louange du Père !

Prions

Dieu éternel et tout-puissant, l’avenir n’appartient qu’à toi et toi seul connais les repères ultimes du temps et de l’espace. Mais tu nous donnes le temps du jour pour t’aimer et te servir, l’espace de notre cœur pour y accueillir la Parole de Jésus, l’espace du monde à prendre dans la prière, avec tous les messagers de ta paix. Nous te rendons grâce pour la confiance que tu nous fais. Amen.

Déposez votre intention de prière en commentaire

2 Comment(s)
  • Micaela Posted 24 novembre 2020 9 h 22 min

    Merci pour ce beau partage.
    Seigneur, que je sache donner le meilleur de moi même en ces temps qui sont aussi des temps de grâce qui nous invitent à grandir dans l’espérance

  • Evelyne Brot Posted 24 novembre 2020 9 h 25 min

    Seigneur, que par la lecture quotidienne de la Parole et par « l’écoute » du commentaire du jour, cette démarche me permette de vivre ma journée en communion avec la Seigneur et de faire grandir ma foi. Je suis heureuse de lui offrir ma journée avec tout ce qui sera bon et tout ce qui sera à améliorer. Merci Seigneur des dons et grâces que tu m’as offerts au jour de mon baptême.

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *