Prière du jour – mardi 10 novembre 2020

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 17, 7-10)

En ce temps-là, Jésus disait :
« Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs :
“Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt :
“Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive.
Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites :
“Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir” »

Savez-vous ce qu’est un énoncé « performatif » ? C’est une phrase qui produit, réalise ce qu’elle dit. Exemple trouvé dans le Petit Robert : « Je vous autorise à partir » ; la phrase constitue l’autorisation, qui n’existerait pas si la phrase n’était pas prononcée.

Je ne sais pas comment l’on nomme le contraire de « performatif », c’est-à-dire une phrase qui rend impossible la réalisation de ce qu’elle dit, qui par son existence-même contredit ce qu’elle dit…

Exemple ? « Je suis incontestablement le plus humble des hommes ! ». Ou encore, plus subtilement, et si possible tête penchée vers le sol et yeux clos : « Vous savez, je ne suis qu’un simple serviteur. »

L’humilité, justement, ce n’est pas simple ! Et se dire humble, c’est prendre le risque de cesser de l’être…

Pourtant Jésus dit : Quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : « Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir. »

Quelque chose m’intrigue dans cette sentence finale, comme un déplacement inattendu par rapport à la petite scène qui précède. Il y était question de la relation, du rapport d’autorité entre deux individus, une serviteur et son maître. Ne serait-il pas logique que Jésus en tire la leçon suivante : vous aussi dites : « Je suis un simple serviteur : je n’ai fait que mon devoir. »

Pourquoi ce nous, pourquoi ce pluriel ?

Sans doute parce que Jésus s’adresse à ses disciples, et que les disciples n’accomplissent pas seuls leur mission, mais ensemble. Cette invitation à l’humilité s’adresse aux disciples par rapport à la mission qu’ils portent ensemble, cette invitation s’adresse à l’Eglise, constituée dès lors que nous sommes deux ou trois ensemble au nom de notre foi et pour servir le Seigneur.

Alors la quête de l’humilité devient peut-être plus authentique, parce que nous pouvons nous soutenir mutuellement, nous aider les uns les autres à garder, ou à retrouver au besoin, cette simplicité, pour dire ensemble, avec une certaine joie : nous ne faisons que notre devoir.

Prions

extrait de Vincent de Paul

O Dieu Sauveur, je vous en prie,
donnez-nous l’humilité,
vous qui avez toujours cherché
la gloire de votre Père
aux dépens de votre propre gloire,
aidez-nous à renoncer une fois pour toutes
à nous complaire en vain dans les succès.

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *