La messe quand même ?

Oui, nous sommes déçus, et nous avons du mal à comprendre. Pourquoi les 900 m2 de Saint-Jacques, ou les 700 m2 de Saint-Joseph, ou les 250 m2 de Saint-Luc ne pourront accueillir que trente personnes ? Nous regrettons que la dimension spirituelle de la vie humaine soit si souvent reléguée au second plan.

Il n’empêche que nous devons nous conformer à cette règle qui nous est imposée, et essayer de la mettre en œuvre sans créer nous-mêmes de nouvelles injustices ou discriminations, et en respectant la dignité et le caractère sacré de l’Eucharistie.

Jeudi soir une réunion a rassemblé quelques membres de l’équipe pastorale, des équipes locales et des équipes liturgiques pour essayer d’élaborer la meilleure solution. Notre objectif a été double : que l’eucharistie puisse effectivement être célébrée avec les fidèles malgré la restriction excessive qui nous est imposée, que le mode de sélection ou d’inscription pour participer à ces messes n’exclue personne.

Habituellement, nous sommes à peu près 800 personnes présentes aux messes du week-end dans les églises de Montrouge. A raison de trente personnes par messes, il faut célébrer 27 fois pour que tous puissent se rendre une fois à la messe. 27 messes en un week-end (et même en trois) ce n’est évidemment pas possible ! Mais il se trouve que jusqu’au 15 décembre, fin annoncée de ce régime transitoire, 27 messes seront célébrées à Montrouge (messes de semaines comprises).

Nous souhaitons que chacun puisse venir participer à la messe dans cette période, mais une seule fois pour que cette possibilité soit fraternellement offerte à tous. Ainsi nous manifesterons notre attachement au Seigneur et à notre communauté, autant le jour où nous pourrons participer réellement à la célébration que les jours où nous nous unirons par la prière à ceux qui seront rassemblés.

Je sais que cette solution n’est pas enthousiasmante, mais elle a l’intérêt de ne pas réserver la messe à quelques privilégiés. Vivons cette messe plus rare comme un temps de grâce encore plus attendu et plus extraordinaire, en communion aussi avec ces chrétiens dans le monde qui attendent parfois et régulièrement bien plus longtemps que nous pour célébrer l’eucharistie.

Pour que le plus grand nombre puisse entrer dans cette chaîne fraternelle de communion et de prière, les inscriptions seront possibles sur le site internet de la paroisse, et par téléphone au secrétariat aux jours et horaires précisés ci-dessous.

Merci à tous de respecter cette organisation « pour que tous puissent aller à la messe ».

Bien fraternellement à tous.

Marc Vacher, curé.