Prière du jour – jeudi 12 novembre 2020

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Philémon (Phm 7-20)

Bien-aimé, ta charité m’a déjà apporté beaucoup de joie et de réconfort, car grâce à toi, frère, les cœurs des fidèles ont trouvé du repos.
Certes, j’ai dans le Christ toute liberté de parole pour te prescrire ce qu’il faut faire, mais je préfère t’adresser une demande au nom de la charité : moi, Paul, tel que je suis, un vieil homme et, qui plus est, prisonnier maintenant à cause du Christ Jésus, j’ai quelque chose à te demander pour Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ.
Cet Onésime (dont le nom signifie « avantageux ») a été, pour toi, inutile à un certain moment, mais il est maintenant bien utile pour toi comme pour moi.
Je te le renvoie, lui qui est comme mon cœur.
Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi, pour qu’il me rende des services en ton nom, à moi qui suis en prison à cause de l’Évangile.
Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte mais volontiers.
S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave, mais, mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé : il l’est vraiment pour moi, combien plus le sera-t-il pour toi, aussi bien humainement que dans le Seigneur.
Si donc tu estimes que je suis en communion avec toi, accueille-le comme si c’était moi.
S’il t’a fait du tort ou s’il te doit quelque chose, mets cela sur mon compte.
Moi, Paul, j’écris ces mots de ma propre main : c’est moi qui te rembourserai.
Je n’ajouterai pas que toi aussi, tu as une dette envers moi, et cette dette, c’est toi-même.
Oui, frère, donne-moi cette satisfaction dans le Seigneur, fais que mon cœur trouve du repos dans le Christ.

Entorse à nos habitudes, je vous invite à méditer non pas l’évangile du jour, mais la première lecture : la lettre de Paul à Philémon. Ce texte très court, que nous lisons presque en totalité aujourd’hui, est d’une importance extrême.

Nous sommes habitués à considérer Saint Paul comme un homme d’ordre. Dans le domaine profane, c’était, au sens propre du terme, un conservateur : que les choses du monde et les relations sociales restent telles qu’elles sont, par exemple que la femme reste soumise à son mari, l’esclave à son maître, et tous « aux gouvernants et aux autorités » (Tt 3, 1 que nous avons lu hier). Même s’il y auraient à replacer ces affirmations dans leurs contextes pour mieux les comprendre, il n’empêche que ce ne sont pas forcément les passages de Paul que nous préférons…

Et puis il y a ce billet que Paul a adressé à Philémon. De quoi s’agit-il ? Pas de grandes considérations sur la société, mais d’un cas particulier. Onésime était l’esclave de Philémon, sans doute un membre important de la jeune communauté chrétienne de Colosses, et Onésime s’est enfui de chez son maître. Il a rencontré Paul, s’est converti et est devenu le collaborateur et l’ami de l’apôtre. Il n’empêche qu’Onésime demeure dans une situation illégale dont Paul se fait le complice. Paul décide donc de renvoyer Onésime vers son maître, mais accompagné ou précédé de cette lettre qui, avec une grande délicatesse de cœur exprimée à la fois pour l’un et pour l’autre, demande très clairement à Philémon d’affranchir Onésime et de le considérer comme un frère.

Il serait excessif de conclure de cette lettre que Paul finalement s’opposait à l’esclavage. Mais ce que ce texte nous rappelle avec force, c’est qu’il n’y a pas de loi qui s’impose de manière absolue, hors de toute considération de situations particulières. C’est que la mise en œuvre concrète de toute loi s’opère toujours dans des circonstances particulières et singulières qu’il importe de considérer – allant parfois jusqu’à conclure qu’en l’occurrence des raisons sérieuses autorisent à contrevenir à cette loi.

La Lettre à Philémon est dans l’Ecriture l’exemple précieux d’un discernement fait en conscience et librement.

Prions

Seigneur, source de tout bien,
réponds sans te lasser à notre appel :
Inspire-nous ce qui est juste,
aide-nous à l’accomplir.

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *