Prière du jour – dimanche 6 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 1, 1-8)

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

Promesse tenue

On ne peut pas dire que saint Marc ménage le suspense… Dès la première phrase de son Evangile, qui est un titre, tout est dit : « Commencement de l’Evangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. »
Ce Jésus dont va parler l’Evangile, c’est le Christ, le Messie, celui qui était annoncé par les prophètes, le sauveur promis à Israël. Et Marc ajoute tout de suite une nouvelle dénomination : « Fils de Dieu ». Ça, c’est plus nouveau, et ça annonce tout le sujet du livre. Ce Jésus, qui a fait parler de lui par ses actes, ses paroles, et sa mort, qui est-il vraiment ? Cette question court tout au long de l’Evangile, et elle trouvera une réponse définitive dans la parole du centurion romain au pied de la croix : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! » (Mc 15, 39).
Mais le début de l’Evangile, que nous avons lu aujourd’hui, semble plutôt consacré à justifier le titre de Christdonné à Jésus. Marc veut montrer que Jésus peut à bon droit être reconnu comme celui qui était l’espérance d’Israël, le Messie attendu et annoncé par les prophètes.
D’où la référence immédiate à Isaïe. La voix qui crie dans le désert de préparer le chemin du Seigneur, et qui annonce la venue du Seigneur, Marc l’identifie comme la voix de Jean-Baptiste. Ainsi, dès les premières lignes de son récit, l’évangéliste nous invite à découvrir, dans les événements qu’il va nous raconter, la réalisation des promesses de Dieu.
Tout au long de cette année liturgique B qui commence, nous allons suivre ce récit de Marc, jusqu’au matin où « un jeune homme vêtu de blanc » annoncera à quelques femmes, dans un tombeau vide : « Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité » (Mc 16, 5-6).
Alors que les premiers mots de l’Evangile sur Jésus le disent aujourd’hui Fils de Dieu, les derniers mots qui le désigneront rappelleront son humanité : l’homme originaire de Nazareth et qui est mort sur une croix. Comme pour reprendre à l’envers la profession de foi du centurion : « Vraiment, le Fils de Dieu était cet homme ! ». Et par la résurrection de cet homme, c’est notre humanité que Dieu fait entrer dans sa vie éternelle !

Promesse plus que tenue !

Prière universelle

Elève la voix, ne crains pas; Dis aux villes de Juda : Voici votre Dieu.
A la suite d’Isaïe, notre vocation de baptisé fait de nous des prophètes.
N’ayons pas peur, au-delà des difficultés du quotidien et de la situation générale actuelle, de témoigner de l’Espérance et de la joie qui nous fait vivre !

Voici le Seigneur : il vient avec puissance. Comme un berger, il prend soin de son troupeau.
Seigneur, Ta puissance est celle de l’Amour. Tu prends soin de tous et en particulier des plus fragiles. Avec la force de l’Esprit-Saint, aide l’Eglise Universelle à prendre soin de tous les hommes et surtout des laissés pour compte, des isolés, des craintifs et de tous les malades, des familles  des défunts et de tous  ceux que la pandémie a fragilisés.

Pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour.
Seigneur, nous te demandons de nous enseigner la patience dans nos familles en nous appuyant sur la Vierge Marie qui ne comprenait pas toujours le comportement de son Fils. Nous te demandons aussi de nous enseigner à prendre du recul avant de juger et d’agir.

Préparez le chemin du Seigneur.
Merci Seigneur de nous proposer de préparer avec Toi la venue de Jésus parmi nous ! En ce temps de l’Avent, le Seigneur nous demande d’habiller nos cœurs d’humilité, de bienveillance. Que ce temps soit une attente vraie qui permette, dans l’intimité de nos cœurs, de te reconnaître et de t’accueillir avec joie en méditant ce grand mystère de l’Incarnation d’un Dieu miséricordieux qui vient habiter parmi nous !

Eveil à la foi

Télécharger une proposition d’éveil à la foi pour les enfants de 3 à 7 ans.

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *