Prière du jour – mercredi 6 mai

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 12, 44-50)

En ce temps-là, Jésus s’écria :
« Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en Celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit voit Celui qui m’a envoyé.
Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.
Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle, moi, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver.
Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles aura, pour le juger, la parole que j’ai prononcée : c’est elle qui le jugera au dernier jour.
Car ce n’est pas de ma propre initiative que j’ai parlé : le Père lui-même, qui m’a envoyé, m’a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ; et je sais que son commandement est vie éternelle.
Donc, ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l’a dit. »

Le Père, d’abord et toujours

            « Celui qui m’a envoyé », « le Père lui-même », « comme le Père me l’a dit » : combien de fois, dans l’Evangile de Jean, Jésus parle-t-il de son Père ? Difficile de compter, des dizaines de fois, peut-être plus, car c’est constamment, c’est quasiment obsessionnel : Jésus ne peut parler de lui-même et de son action sans se référer immédiatement au fait qu’il est l’envoyé du Père et qu’il fait l’œuvre du Père.

            De sorte que l’on ne peut s’attacher à Jésus sans s’attacher au Père : « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en Celui qui m’a envoyé ».

            Bien sûr, dans notre foi chrétienne et dans la Révélation, au cœur il y a l’incarnation et la rédemption, l’œuvre du Fils en notre chair, en notre monde et en notre histoire, et c’est le centre et la plus grande part de notre Credo.

            Mais, dans le Credo aussi, tout part du Père et tout revient au Père, de toute éternité toute initiative et toute autorité sont du Père.

            Chacun, c’est normal, vit et développe sa spiritualité avec telle insistance qui lui est propre. Pour les uns c’est parfois une fraternité profonde avec Jésus ; pour d’autres la puissante certitude d’être habité par l’Esprit Saint. L’Evangile nous révèle que l’œuvre du Fils et de l’Esprit, pour nous et en nous, c’est de nous faire entrer dans leur intime communion et unité avec le Père.

            Dès lors il n’y a aucun doute à formuler sur le monothéisme de la foi chrétienne : nous croyons en un seul Dieu, le Père qui nous a sauvé par son Fils et demeure en nous par son Esprit.

            C’est vers le Père, dans l’unité de l’Esprit, que nous ramène toujours Jésus, le lui de la grande prière à la gloire de Dieu : « Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siècles. »

Prions

(du Psaume 66)

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Déposez votre intention de prière en commentaire

1 Comment
  • Françoise C Posted 6 mai 2020 11 h 35 min

    L’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu est fait pour vivre et pour aimer.
    Seigneur, envoie ton Esprit pour nous guider sur notre chemin vers le Père.
    Toi qui es lumière pour les hommes, fais de nous des signes pour nos frères, des étincelles de joie et d’amour pour ceux qui ne te connaissent pas encore.

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *