Prière du jour – samedi 4 avril

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 11, 45-57)

En ce temps-là, quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait,
crurent en lui.
Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait.
Les grands prêtres et les pharisiens réunirent donc le Conseil suprême ; ils disaient :
« Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes.
Si nous le laissons faire, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. »
Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit :
« Vous n’y comprenez rien vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. »
Ce qu’il disait là ne venait pas de lui-même ; mais, étant grand prêtre cette année-là,
il prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation ; et ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés.

À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer.
C’est pourquoi Jésus ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples.
Or, la Pâque juive était proche, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem
pour se purifier avant la Pâque.
Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux :
« Qu’en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête ! »

Les grands prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu’on puisse l’arrêter.

Quand l’entourage de Jésus préparait sa mort, lui se préparait à devenir nourriture pour nous donner sa vie. Un Dieu nourriture. N’est-ce pas nous faire mourir d’amour (Thérèse des Andes, carmélite morte à 20ans, canonisée en 93 et figure importante en Amérique Latine) Quelle façon de transformer l’absurde en plénitude de Vie !

L’heure où le grand conseil décida de tuer Jésus (Jn 11,53) est devenue l’heure de la libération de tous les Barabbas du monde. C’est toute l’humanité à la fois coupable mais libérée par la mort d’un Dieu innocent. Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a livré son Fils unique afin que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais obtienne la vie éternelle (Jn3,16).

Voilà un complot qui tourne bien. Le complot dont il s’agit n’est pas d’abord une mise à mort du Fils de Dieu mais – et le grand conseil l’ignorait – ce qui ouvrait  un temps nouveau.

Voici l’heure du grand mystère. Nous redevenons frères et soeurs. La vie renaît. L’Espérance monte. Notre vie redevient une vie semblable à celle de nos origines. Oui nous en avons l’assurance, ni la mort, ni la vie, ni le présent, ni l’avenir, rien ni personne ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus à travers ce complot.

Prions

Seigneur, nous te le demandons, que ta mort et ta résurrection soit pour nous chemin de vie nouvelle. Gloire à toi pour les siècles des siècles.

Déposez votre intention de prière en commentaire

2 Comment(s)
  • Evelyne Posted 4 avril 2020 12 h 34 min

    Merci Seigneur pour tout ce que nous vivons de positif et de solidarité démultipliée par le biais des mails et téléphone en cette période de confinement.
    Merci pour ce qu’elle nous apporte : un rapprochement quotidien avec le Seigneur et la Vierge Marie – merci pour toutes les émissions et liens qui nous permettent de vivre la messe chaque jour et de prier plus, parce que nous avons du temps pour vivre plus intensément dans cette solitude qui ne peut qu’être salutaire.
    Une intention : « Accorde la paix intérieure aux personnes inquiètes et qui vivent très mal ces moments de confinement »

  • Bernard S Posted 4 avril 2020 15 h 55 min

    Comme les juifs qui montaient se purifier à Jérusalem afin de préparer la fête de Pâques. Aide nous à te rencontrer au moment de recevoir le pardon et rendons grâce au seigneur. « Choisir la vie » c’est espérer en la vie éternelle. Rendons grâce au Seigneur

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *