Prière du jour – mardi 31 mars

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8, 21-30)

En ce temps-là, Jésus disait aux Pharisiens :
« Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché.
Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. »
Les Juifs disaient :
« Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit :
“Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? »
Il leur répondit :
« Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut.
Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.
C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés.
En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »
Alors, ils lui demandaient :
« Toi, qui es-tu ? »
Jésus leur répondit :
« Je n’ai pas cessé de vous le dire.
À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger.
D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui,
je le dis pour le monde. »
Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.
Jésus leur déclara :
« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ;
ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné.
Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul,
parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »
Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.

« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS »

            Jésus parle, et on ne le comprend pas. Il faut dire que ses paroles sont mystérieuses, et pour les gens qui l’écoutaient alors, et pour nous.

            Pour eux, la fin de la phrase est probablement choquante, mais très claire : en se nommant JE SUIS, Jésus revendique d’être Dieu lui-même, tel qu’Il s’est révélé aux Pères dans l’histoire sainte. Mais comment les auditeurs de Jésus à ce moment-là pourraient-ils comprendre ce que signifie « élever le Fils de l’homme » ?

            Pour nous, il en va tout autrement. « Je suis » : dans cette expression si banale, qui semble affirmer ou revendiquer simplement une existence, reconnaître Dieu qui parle et se révèle, ça ne nous vient pas immédiatement à l’esprit. En revanche, nous sommes d’après Pâques, et le Fils de l’homme élevé est présent sur les crucifix de nos maisons, nous tournons souvent les yeux vers lui.

            Alors : comment la mort de Jésus sur la croix peut-elle nous faire comprendre qu’il est Dieu ?

            C’est tout le message de l’Evangile de Jean : la gloire du Christ, sa communion unique avec le Père, le don parfait et définitif de l’amour du Père que Jésus nous fait comme Fils unique, tout cela se manifeste et se réalise par la Croix, l’amour « jusqu’au bout ».

            Voilà le renversement chrétien, scandaleux aujourd’hui comme au premier jour : l’homme traité en malfaiteur, mourant de la plus infamante des morts, l’homme exhibé sur la croix pour que tous puissent voir son supplice et être dissuadés de prendre le même chemin, c’est Dieu totalement donné !

            Voilà aussi l’espérance chrétienne, parfois contre toute espérance : le Fils de l’homme élevé, ce sera aussi le Christ ressuscité, vainqueur de toute mort, élevé dans la gloire du Père, où il nous précède et nous accueillera.

            Jésus parle beaucoup dans l’Evangile de Jean, et ses paroles étaient souvent compliquées, déstabilisantes, voire scandaleuses pour la foi de ceux qui l’entendaient. Tantôt ils se détournèrent de lui, tels les nombreux disciples qui quittent Jésus après son discours sur le pain de vie (Jn 6, 66), tantôt, comme ici,  « sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui » (Jn, 8, 30).

            Mystère de la Parole et de sa réception ! Et pour nous aujourd’hui : dans ce texte quelle est la Parole du Christ qui m’atteint, me touche, alimente en moi la foi ?

Prions

Seigneur, accompagne et soutiens ceux qui aujourd’hui traversent la maladie et parfois vivent leurs derniers instants dans la solitude, privés de la présence de ceux qu’ils aiment.

Réconforte aussi tous ceux qui ne peuvent voir et entourer leurs proches malades.

Déposez votre intention de prière en commentaire

3 Comment(s)
  • Monique PSA Posted 31 mars 2020 9 h 58 min

    « Celui qui m’a envoyé est avec moi
    Il ne m’a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui est agréable  »

    Je suis touchée par cette parole.
    Elle exprime ce lien indefectible entre Jésus, l’envoyé et son Père.
    Baptisée, consacrée, je crois que Dieu ne nous laisse pas seuls.
    Il attend de nous, de moi, la confiance, la patience.
    En cette semaine, je lui demande de vivre autant que faire se peut son commandement de l’amour pour sa plus grande gloire.

  • Françoise C Posted 31 mars 2020 18 h 58 min

    « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. »

    Cette phrase me touche parce qu’en cette 5ème semaine de carême, nous nous tournons plus encore vers Dieu, plein d’amour, pour lui demander sa miséricorde. Combien de fois ai-je pu douter de l’amour de mon Dieu ! Combien de fois me suis-je détournée du chemin, de la vérité, de la vie.
    Seigneur, que mes actes et mes paroles te rendent visible aux yeux des hommes de ce monde pour que ton amour et ta Vérité puissent trouver le chemin de leur cœur. Je rends grâce pour tous ces gestes de solidarité qui se révèlent un peu partout, par-delà les barrières de la maladie, de la peur, de l’égoïsme. Protège et fais lever ce qui aura été semé en ces jours bien sombres.

    • Monique PSA Posted 31 mars 2020 20 h 40 min

      Merci pour ton partage de foi Françoise

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *