Prière du jour – samedi 28 mars

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 7, 40-53)

En ce temps-là, Jésus enseignait au temple de Jérusalem.
Dans la foule, on avait entendu ses paroles,
et les uns disaient :
« C’est vraiment lui, le Prophète annoncé ! »
D’autres disaient :
« C’est lui le Christ ! »
Mais d’autres encore demandaient :
« Le Christ peut-il venir de Galilée ?
L’Écriture ne dit-elle pas
que c’est de la descendance de David
et de Bethléem, le village de David, que vient le Christ ? »
C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui.
Quelques-uns d’entre eux voulaient l’arrêter,
mais personne ne mit la main sur lui.
Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens,
qui leur demandèrent :
« Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? »
Les gardes répondirent :
« Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! »
Les pharisiens leur répliquèrent :
« Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ?
Parmi les chefs du peuple et les pharisiens,
y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ?
Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi,
ce sont des maudits ! »

Nicodème, l’un d’entre eux,
celui qui était allé précédemment trouver Jésus,
leur dit :
« Notre Loi permet-elle de juger un homme
sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »
Ils lui répondirent :
« Serais- tu, toi aussi, de Galilée ?
Cherche bien, et tu verras
que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! »
Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.

Chauvinisme ? Rien de bon ne peut sortir d’ailleurs que de chez moi, et surtout pas de Galilée !

            Elitisme ? Les chefs, dont je fais partie, savent, mais la foule est ignorante, maudite même !

            Conservatisme ? Cherche bien, et tu verras que rien de nouveau ne peut exister par rapport à ce que je désigne comme établi !

            Les grands prêtres et les pharisiens de cet évangile cumulent de drôles de vertus !

            Et ils ont raison, non ? On pourrait le croire.

            Selon Matthieu Jésus est bien né hors de Galilée, en Judée, à Bethléem, comme l’annonce l’Ecriture.

            Le premier grand théologien et propagateur de l’Evangile, Paul, sort bien de l’élite pharisienne.

            Et toute nouveauté dans l’histoire de l’Eglise se présentera bien toujours comme vérité établie et professée depuis l’antique tradition.

            Et pourtant non, ils n’ont pas raison.

            « Puis ils s’en allèrent chacun chez soi »… et les moutons furent bien gardés ?

            Il n’y a pas de phrase insignifiante chez Jean, et celle-là est cinglante.

            « Chacun chez soi » : confiné, fermé à l’autre, au petit, au nouveau, fermé à Dieu.

            Nous vivons aujourd’hui dans un confinement bien concret, nécessaire et pénible, en ce moment douloureux de notre histoire. Nous en sortirons !

            Et si, quand nous en sortirons avec bonheur, nous renoncions aussi aux fausses vertus du « chacun chez soi »…

Prière – proposée aux personnes confinées, seules ou en famille.

            Père, en ces jours de confinement, que nous soyons isolés, ou tout au long du jour avec nos plus proches, enseigne-nous par ce bouleversement imprévu de nos vies.

            Fais grandir en nous le désir de mieux vivre la chaleur humaine et l’échange fraternel quand ils seront de nouveau libres et faciles.

            Aide-nous, jusque là, à nous porter les uns les autres dans une quotidienne communion des cœurs.

Déposez votre intention de prière en commentaire

2 Comment(s)
  • Claude et Renée DUBOIS Posted 28 mars 2020 11 h 44 min

    Combien il est bon de profiter de ce confinement pour donner plus de temps à la prière et à un approfondissement de notre foi. Une prière qui ne peut évidemment se couper de tout ce qui se passe dans le monde : l’angoisse et l’isolement des malades, l’extrême dévouement des soignants, la douleur de ceux qui ont perdu des proches et n’ont pu être présents à leurs derniers moments, l’accueil dans la paix de Dieu de ceux qui nous ont quittés… Un approfondissement de notre foi qui peut se réaliser à loisir par la lecture et la méditation de la Parole de Dieu, aidés par des livres ou par des émissions au contenu solide. Un tel programme nous éviterait d’assister impuissants, ,à un retour d’une piété moyen-âgeuse, avec récitations plus ou moins machinales de litanies et de chapelets, avec recours aux médailles dites miraculeuses et aux bondieuseries « en toc » comme les bénédictions du Saint-Sacrement depuis des parvis d’églises donnant sur des villes désertes.

  • Françoise C Posted 28 mars 2020 15 h 34 min

    Fais grandir en nous le désir de chaleur humaine. Et si ce temps de retraite nous faisait retrouver ceux, famille ou amis, avec qui les liens se sont distendus… et si nous appelions une ou deux personnes par jour, les isolés, ceux qui s’inquiètent pour un des leurs malades…et si nous préparions « l’après » en nous promettant de tenir dans la durée ce que nous faisons actuellement, se parler, lire, prier, prendre des nouvelles des uns et des autres, sourire et parler au voisin d’en face, … Seigneur, que ce temps de confinement ouvre nos cœurs, nous fasse sortir du « chacun chez soi » et nous invite à vivre en frères.

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *