Prière du jour – mardi 21 avril

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 3, 7b- 15)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème :
« Il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va.
Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
Nicodème reprit :
« Comment cela peut-il se faire ? »
Jésus lui répondit :
« Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?
Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. »

Nicodème

            Nicodème à nouveau, comme hier, et à nouveau les paroles de Jésus, importantes si l’Eglise nous invite à les entendre deux jours de suite : « Il vous faut naître d’en haut (…) du souffle de l’Esprit. » Et une nouvelle fois Nicodème voudrait comprendre : « Comment cela peut-il se faire ? ». Un peu comme Marie à l’Annonciation !

            C’est qui, ce Nicodème ? Un notable parmi les juifs, un pharisien, de ceux qui vont s’opposer à Jésus jusqu’à un jour comploter contre lui. C’est peut-être déjà cette tension qui explique que Nicodème est venu voir Jésus de nuit. Mais c’est un homme sans a priori, intrigué par ce Jésus, par cet homme de Dieu, et Nicodème est honnêtement désireux de l’entendre et de le comprendre, ce Jésus.

            Ce n’est pas pour autant qu’il va le suivre et devenir l’un de ses disciples. On le retrouvera plus tard, dans un contexte bien plus conflictuel, alors que les pharisiens veulent faire arrêter Jésus. Et Nicodème est toujours parmi les pharisiens, « l’un d’entre eux » dit Saint-Jean, mais il essaie de défendre la justice, au risque de se faire mal voir de ses amis : « Notre loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » (Jn 7, 50-51).

            Enfin nous reverrons Nicodème – et chaque fois l’évangéliste insiste sur le fait que c’est bien « celui qui, au début, était venu trouver Jésus pendant la  nuit » (Jn 19, 39) – une troisième et dernière fois quand il va aider Joseph d’Arimathie pour l’ensevelissement de Jésus. S’il va jusqu’à offrir ses services pour enterrer dignement le corps de Jésus, Nicodème serait-il devenu l’un de ses disciples ? Jamais ce ne sera dit.

            Nicodème est cet homme socialement et religieusement reconnu, fidèle à la Loi et à la foi, avec un esprit ouvert, une soif réelle de connaissance et de justice, un vrai sens du service et du respect dus à toute personne humaine.

            Alors, fut-il jamais chrétien ? « Compagnon de route », « sympathisant » ? Ou simplement homme juste, « en recherche » ?

            Rendons grâce pour Nicodème et pour tous ceux qui lui ressemblent !

Prions

Seigneur, apprends-nous à accueillir avec joie et patience tous ceux qui, sans avoir les codes, sans avoir les mots, te cherchent avec droiture.

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *