Prière de la vigile pascale, au soir du samedi saint – 11 avril

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 28, 1-10)

Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.
Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.
Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.
Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.
L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte !
Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.
Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit.
Venez voir l’endroit où il reposait.
Puis, vite, allez dire à ses disciples :
‘Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.’
Voilà ce que j’avais à vous dire. »
Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. »
Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit :
« Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

« Christ est vraiment ressuscité, pourquoi chercher parmi les morts. Il est vivant comme il l’a promis. Alléluia ! »

Avec la résurrection du Seigneur, se lève l’aube du premier jour d’une nouvelle semaine qui inaugure la dernière étape de l’histoire du salut. Le tremblement de terre, la frayeur de ceux qui ne croient pas, représentés ici par les soldats, rappellent les manifestations de la fin des temps. Les deux femmes venues faire leur visite au tombeau ont constaté que le corps du crucifié n’était plus là.

Pour qu’elles voient là un signe, il a fallu une révélation d’en haut, et le rappel de ce que Jésus avait dit. Alors, quand le Ressuscité est venu à leur rencontre, elles se sont prosternées dans un geste d’adoration liturgique.

La résurrection du Seigneur est en effet un événement que la foi seule peut connaître, la Bonne Nouvelle que les Apôtres, convoqués en Galilée, doivent annoncer à tous les peuples.

La joie de Pâques ne peut exister sans la souffrance de la croix, puisque c’est la victoire sur cette souffrance. La joie n’est pas une vie sans larmes, mais les larmes séchées par l’amour.

Avec la Résurrection du Christ Jésus, chaque fois que les ténèbres du mal se dissipent un peu, qu’une petite flamme d’amour s’allume dans le désespoir et l’angoisse, que les larmes sont séchées, que la solitude trouve une compagnie, alors le monde ressuscite.

Le Christ est ressuscité ! Alléluia ! Alléluia !

Prions

Seigneur Jésus, que la lumière de ta résurrection nous guide et nous conduise vers l’espérance d’un jour nouveau. Libère-nous de tout ce qui nous maintient dans la peur et rends-nous capables d’annoncer au monde la Bonne Nouvelle de ton salut. Amen.

Chantons avec la chorale Alléluia

Déposez votre intention de prière en commentaire

Add Your Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *